1003836-Lewis_Carroll_Alice_au_pays_des_merveilles

Lewis Carroll (1832-1898), de son vrai nom Charles Lutwidge Dodgson, écrit les aventures d'Alice après les avoir racontées aux sœurs Liddell au cours d'une promenade en barque à Oxford. L'histoire était particulièrement destinée à l'une d'elles, Alice Liddell.

 

Publié en 1865, Les Aventures d'Alice aux pays des merveilles narre l'histoire de cette jeune fille qui s'ennuie au bord d'un lac jusqu'à ce qu'un lapin blanc surgisse, doté d'un gilet et d'une montre à gousset, et qui déclare être en retard. Ni une, ni deux, Alice part à sa poursuite. Pouf ! Alice est tombée dans un trou noir et ses aventures peuvent alors commencer.
Le chapelier fou, le chat du Cheshire, la Reine de Coeur, le lièvre de Mars sont les personnages qui vont croiser son chemin et qui nous sont familiers grâce au dessin animé de Walt Disney. Mais on peut aussi y faire la connaissance d'un Griffon, d'une Tortue-façon-Tête de veau, d'un Valet-Poisson, d'un cochon qui fait office de bébé. C'est dans ce monde où se mêle étrangeté et fantaisie qu'évolue Alice. L'évasion et l'imaginaire étant chers à Carroll. Toutefois, son récit garde un pied dans la réalité de son époque. En effet, il évoque l'histoire d'Angleterre, des parodies des chansons, poèmes et manuels de l'époque victorienne. Un texte réputé aussi pour ses paradoxes, ses jeux de mots et son « nonsense ».

 

 alice-au-pays-des-merveilles-image-1-grand-format     

En 2010, la réalisation de l'adaptation est confiée à Tim Burton. Choix judicieux, réalisateur porté sur l'imaginaire, tout comme l'écrivain Carroll.

Ici, Alice a grandi. Elle a 19 ans et n'accepte pas les conventions sociales imposées par sa famille. Le jour où son prétendu fiancé s'apprête à la demander en mariage, elle retourne dans les rêves de son enfance, toujours guidé par le lapin blanc.
Le point commun entre le livre et le film est la présence de tous les personnages principaux, ainsi que des nouveaux tout droit sortis de la tête de Burton. Des personnages qui auraient pu aussi figurer dans le roman. L'histoire quant à elle est complètement différente, puisque le film est censé être la suite du roman. Chez Carroll, Alice est cette petite fille naïve, un peu maladroite, curieuse, rêveuse, qui avance sans but. Le récit est une série de rencontres marquées par le hasard alors que le long métrage se calque sur le récit d'aventure. Alice est une héroïne, au sens propre du terme. Elle est dotée d'une mission, tuer le Jabberwocky et mettre fin au règne de la Reine Rouge. On y trouve donc l'ingrédient clé de ce genre, les bons contre les méchants. Autre différence entre les deux Alice. L'Alice burtonienne sait qu'elle rêve. Elle est déterminée et maîtrise son songe alors que l'Alice de Carroll se laisse porter par les événements.
Et la Mélanie qu'est ce qu'elle en pense ? J'ai trouvé le scénario simpliste et léger. En revanche, j'ai apprécié l'interprétation des personnages principaux : le Chapelier fou - Johnny Depp, Alice - Mia Wasikowska, La Reine Rouge – Helena Bonham Carter. Des personnages revisités façon Tim Burton, que j'ai trouvé très crédibles. Un film dont le visuel est soigné (la marque de fabrique du réalisateur d'Edward aux mains d'argent, si je ne me trompe pas ?), costumes et maquillage sublimes. Autre point notable, les prises de vue réelles et l'animation qui se marient très bien. En somme, un film beau à regarder mais une intrigue prévisible et sans surprise.

 

Le film sera d'ailleurs diffusé sur W9 Lundi 14 Avril à 20h50.

 

Mélanie, de l'équipe Plumicule